Tout va devenir un objet connecté.

none

Vous l'avez sans doute remarqué (ou pas), mais en ce moment, l'Internet des objets est un sujet assez couru.

Et a raison ! Vous ne l'avez peut être pas remarqué, mais vous êtres d'ores et déja entourés d'objets connectés ou connectables qui ne demandent souvent (surtout a l'initiatives de sociétés privées friandes de données monétisables diverses et variées) qu'a avoir accès a l'Internet

Voici quelques exemples de périphériques courants qui sont déja des objets connectés, l'"ancienne génération":

  • Les box des fournisseurs d'accès a internet: bien sûr que c'en est un. C'est même celui qui donne accès a tous les autres qui n'ont pas de connectivité radio 2G/3G/...
  • Les imprimantes: de plus en plus fournissent des services d'impression via wifi ou par internet
  • Les téléphones: elle est loin l'époque ou ils ne savaient que fournir appels et SMS
  • Les gadgets: Tux Droid, Nabaztag, ... Beaucoup ont essayé de devenir l'assistant personnel informatisé de demain, peu on réussi...

L'informatique a évolué depuis ces objets, qui étaient les premiers exposés a une connectivité directe avec internet et donc naturellement susceptibles d'en tirer profit. Maintenant, de plus en plus de sociétés jouent sur le fait que entre le fait d'avoir un modem a la maison, et un smartphone sur soi, on est plus vraiment déconnecté nulle part. Cela ouvre le donc le champ a un panel infiniment plus larges d'objets qui pourraient potentiellement améliorer la vie de l'utilisateur en leur fournissant des services "internet-aware".

Des centaines de nouveaux challengers arrivent sur le marché, avec plus ou moins de succès:

  • Les montres: produit star, capable de fournir l'heure (quand il reste de la batterie) et un accès au notifications du téléphone ainsi qu'une multitude de services (quand ils seront prêts)
  • Les systèmes domotiques: Ils ont rapidement évolué pour devenir accessibles de n'importe ou, avec une utilisation rapide et intuitive. On peut fermer ses volets depuis le boulot !
  • Les frigidaires: Il est en effet possible (cf la photo en haut de l'article) d'avoir un frigidaire qui tient non seulement compte de ce qu'il contient mais peut aussi commander de manière autonome.
  • Les drones: Prenez un ordinateur, une bonne batterie et faites voler le tout. Les possibilités sont illimitées !
  • Les téléviseurs: Après les systèmes de vidéo connectés type TiVo / Apple TV / ..., les téléviseurs eux-mêmes deviennent connectés.
  • Les gadgets: Toujours fidèles au poste, les projets sont toujours aussi nombreux, mais le succès n'est pour le moment toujours pas au rendez vous.

Tous ces objets ont deux choses en commun: une connectivité a d'autres objets, et surtout une capacité de traitement non négligeable.

En effet, avec l'explosion des SoC (System on Chip) puissants et peu gourmands en énergie (bien que ce point soit encore une source de tracas pour beaucoup d'objets connectés), il est devenu possible a tarif abordable et facilement d'avoir dans un encombrement réduit une capacité de traitement importante. Par exemple, un smartphone d'il y a trois ans contient dans 136.6 x 70.6 x 8.6 mm et 133 g un processeur quadri-coeur à 1.4 GHz, 1Go de mémoire vive, une connectivité 2G/3G/4G/WiFi/Bluetooth/NFC/GPS/... Je vous laisse imaginer ce qu'on pourrait mettre dans un système un peu plus gros et lourd !

Avec une telle puissance, il devient possible de faire tourner non pas des programmes légers et a périmètre limité (ce qui se ferait dans un microcontrôleur par exemple) mais des systèmes d'exploitations conventionnels entiers, les meilleurs exemple aujourd'hui étant Android et IOS.

Bien sûr, cette informatisation a outrance pose aussi quelques problèmes: ce sont autant de systèmes capables de faire tourner des binaires arbitraires, parfois sécurisés de manière douteuse, avec un accès direct au réseau de l'utilisateur, à ses données voire même a ce qui pourrait lui causer un danger direct a sa santé (systèmes domotiques, fours, frigidaires). Il appartient donc a l'utilisateur de faire attention à ce qu'il achète, et a l'usage qu'il en fait.